La couleur sans oxydant : pourquoi faire ?

Si se colorer les cheveux est devenu une pratique banale, à tel point que la majorité des consommateurs se fient aux colorations proposées en grandes surfaces ou chez leur coiffeur sans se poser de questions, il n’en reste pas moins que ces produits méritent une attention toute particulière ; on vous explique dans cet article pourquoi vous avez tout intérêt à vous méfier de l’oxydant présent dans les colorations synthétiques.

L’oxydant, kézako ?

L’oxydant fait partie intégrante de la coloration capillaire conventionnelle, c’est-à-dire chimique. Il est notamment composé d’eau oxygénée, qui permet d’ouvrir l’écaille du cheveu et de faire pénétrer des pigments synthétiques à l’intérieur de celle-ci.

Il existe des crèmes oxydantes avec ou sans ammoniaque mais attention à la publicité trompeuse ! Il faut savoir que lorsqu’une coloration est formulée « sans ammoniaque», ce dernier y est nécessairement remplacé par une molécule chimique jouant le même rôle que l’ammoniaque, souvient bien plus nocive ; si l’ammoniaque a été diabolisé à cause de son odeur prononcée, âcre et irritante, il s’agit en réalité d’un gaz présent à l’état naturel, contrairement à ses substituts.

coloration oxydative, les dangers pour la santé

Pourquoi fuir les colorations à base d’oxydant ?

Appliqués à même le cuir chevelu, une partie du corps recouvert d’une peau très fine et irriguée par de nombreux vaisseaux sanguins, l’oxydant et plus généralement les colorations d’oxydation sont nocifs pour la santé. Des études récentes ont par exemple établi un lien entre le recours fréquent aux colorations chimiques et un risque accru de développer un cancer du sein chez la femme.

Ces produits capillaires comportent par ailleurs un haut risque d’allergie ; la plupart des colorations d’oxydation que l’on trouve dans le commerce contiennent de la paraphénylènediamine (PPD), un ingrédient très allergisant, qui peut mener à des réactions fortes et gravissimes ; le milieu de la coiffure se souvient ainsi du cas d’Estelle, une jeune étudiante de 19 ans qui a frôlé la mort par étouffement suite à l’utilisation d’une coloration d’oxydation, il y a quelques années. La jeune femme avait en effet diffusé des photos impressionnantes de son visage complètement déformé par une violente réaction allergique à la PPD après avoir été hospitalisée, afin de mettre en lumière les méfaits de ce composant.

On estime aujourd’hui que 2 à 3% de la population est allergique à la PPD et l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) la considère comme un agent toxique par inhalation et parcontact cutané. Pas mieux du côté de l’American Contact Dermatitis Society, une organisation américaine spécialisée dans le diagnostic et le traitement de la dermite, qui a même élevé la PPD au rang d’allergène de l’année en 2006.

En plus de leurs effets secondaires sur la santé, les colorations conventionnelles sont mauvaises pour la fibre capillaire : en ouvrant l’écaille, elles modifient la structure du cheveu de façon définitive. Application après application, on perd en qualité de cheveu : celui-ci s’assèche, les longueurs et pointes ont tendance à se casser et à manquer de brillance. Sans compter l’effet racines, ce fameux effet « code-barres » particulièrement disgracieux quand l’on a des cheveux blancs, qui oblige à réaliser des colorations très régulièrement et crée un véritable cercle vicieux.

Dernier argument, s’il en fallait un pour achever de vous convaincre : les colorations d’oxydation ne sont pas biodégradables et sont par conséquent nuisibles pour l’environnement. Choisir une couleur sans oxydant vous permet de faire une bonne action pour la planète et notamment de préserver les nappes phréatiques.

PPD, un ingrédient à éviter à tout prix

Une seule solution : la coloration aux plantes

Contrairement à ce que les grands noms de la cosmétique conventionnelle et la publicité prétendent, il n’existe que deux types de colorations capillaires :

Tous les pseudo entre-deux, appelés « coloration semi-végétale » ou « coloration ton sur ton », n’en sont pas : soit une coloration a besoin d’ingrédients chimiques (dont le fameux oxydant) pour colorer la fibre capillaire, soit elle est uniquement composée de plantes tinctoriales pures, 100% naturelles, auxquelles on ajoute simplement de l’eau. 

À partir de là, reconnaître une coloration d’oxydation devient facile : si la coloration se compose de plusieurs produits à mélanger entre eux (par exemple, une « crème » et un « révélateur »), vous êtes face à une coloration dite d’oxydation. De façon générale, une coloration végétale se présente sous forme de poudre ; les colorants naturels sont réduits en poudre puis séchés au soleil afin de révéler toute leur puissance.

Et la décoloration ?

Là encore, les abus et le « greenwashing » sont nombreux. Malgré les promesses alléchantes de certaines campagnes de publicité, décolorer un cheveu de façon naturelle est tout simplement irréalisable : la décoloration, par définition, consiste à supprimer la pigmentation naturelle de la fibre capillaire. Or, aucune plante n’en a la capacité. C’est pourquoi une vraie coloration végétale ne pourra jamais éclaircir le cheveu. Le rendre plus lumineux en lui apportant des reflets dorés, par exemple, oui. L’éclaircir, non.

Il existe certes aujourd’hui des produits de décoloration moins agressifs qu’il y a quelques années, qui sont souvent agrémentés d’ingrédients minéraux tels que l’argile. Toutefois, la base de leur formulation reste bel et bien chimique et ces produits ont besoin d’eau oxygénée pour fonctionner : la décoloration sans oxydant est purement impossible.

En résumé…

Si réaliser une décoloration sans oxydant (c’est-à-dire éclaircir le cheveu sans facteur chimique) n’est malheureusement pas possible, il existe en revanche une alternative à la coloration d’oxydation : la coloration végétale. Il s’agit de la seule couleur sans oxydant disponible sur le marché et les raisons d’opter pour le naturel ne manquent pas ! En plus d’être 100% saine et 100% biodégradable, la coloration aux plantes enrobe délicatement le cheveu de ses pigments et préserve la structure capillaire. Résultat ? Des cheveux naturellement beaux, forts et vigoureux. On parie que vous ne ferez pas marche arrière !

La coloration végétale Hairborist, une coloration qui respecte la santé
Partagez cet article

Articles Similaires

Cap sur la couleur sans oxydant

La couleur sans oxydant est sans doute la meilleure alternative à la coloration chimique. Pourquoi ? Tout simplement parce que l'oxydant ouvre l'écaille du cheveu et vient le détruire peu à peu. Ne prenez aucun risque et découvrez le pouvoir de la couleur sans oxydant.

Quel shampoing pour cheveux gras bio adopter ?

Vos cheveux graissent rapidement et vous vous sentez obligé de les laver très fréquemment, ce qui surexcite les glandes sébacées et vous incite à rapprocher davantage encore vos shampoings ? Un cercle vicieux que nombre d’entre nous connaissent. Rassurez-vous, il existe des solutions efficaces et naturelles pour maîtriser l’excès de sébum.

Quelle est la meilleure coloration cheveux sans produit chimique ?

Les personnes qui recherchent une coloration cheveux sans produit chimique ont généralement deux préoccupations principales en tête : le désir de préserver leur santé ainsi que la planète. Cela tombe bien, la coloration aux plantes répond à ces deux critères, à condition de bien la choisir.